Népal – Jour 14 – Pokhara: Parapente & Découverte du village des réfugiés tibétains

Vendredi 17/11/2017

JOUR 14.

Dernier petit déjeuner à Pokhara, toujours au bord du lac! Je ne me lasse pas de cette vue!

Petite photo de notre hôtel.

Aujourd’hui au programme pour moi: PARAPENTE!!!

C’est la première fois que j’en fais!

L’agence « Advance paragliding » vient me chercher à l’hôtel. En rentrant dans la voiture, il y a 2 touristes qui viennent de faire leur « saut », l’une d’elle a vomis et l’autre a pris un médicament pour ne pas être malade… génial l’ambiance, je suis super rassurée maintenant! 😅

Après avoir déposé les 2 touristes et avoir signé un papier à l’agence, un 4×4 m’emmène à 30 minutes de là, sur les hauteurs de Pokhara avec 4 « pilotes » de parapente.

En arrivant là-haut je vois les gens qui décollent, j’avoue que je flippe un peu…

.

Et puis c’est mon tour…

Mon pilote s’appelle Milan, il est très sympa et me met en confiance!

Décollage… wouhouuuuuuuu

Expérience de folie!!!!!!!!!

Voici les photos prises par Milan avec sa GoPro (inclus dans le prix du package)!

Après environ 20 minutes de vol autour des collines, au dessus des maisons et des rizières, Milan nous emmène au dessus du lac faire quelques « tricks ». Il me demande si je n’ai pas peur, je lui dis qu’il peut y aller « slowly ». Et là ils commencent ses accélérations et virages vertigineux, je crie de peur mais j’en redemande! ^^

Après on se pose à côté du lac, atterrissage tranquille!

Gros gros kiffe! J’ai adoré faire du parapente!!!!!!!

<.

Après ça, je rejoins Vivi et on part découvrir le plus grand camp de réfugiés tibétains de Pokhara « Tachi Palkhel » (environ 30min de taxi).

<.

Le premier monastère est fermé car il y a une cérémonie à l’intérieur(?).

On se balade dans le village.

<.

Un vieux monsieur nous indique qu’il y a un autre monastère plus loin.

À l’entrée les grilles sont fermées mais un moine nous ouvre.

<.

L’endroit est paisible.

.

(Photos interdites à l’intérieur du temple).

On demande notre chemin à un moine pour revenir vers le village. Ils demandent à des enfants qui rentrent de l’école de nous accompagner un peu pour nous montrer le chemin.

Ils sont mignons avec leur uniforme et ils nous posent quelques questions en anglais. Une des petites filles s’appelle Pria. J’avais oublié de vous raconter mais la famille dans laquelle j’étais restée 2 semaines en Inde m’avait donnée ce joli prénom indien/népalais: Pria 😊.

En revenant vers le village, au détour d’une rue, un tibétain commence à discuter avec nous. Il se fait appelé John. Il est avec son fils Rapsel qui a 4 ans. On discute un peu avec lui et on se dit au revoir. Quelques minutes plus tard, il revient vers nous et nous invite à venir prendre un café chez lui!

On passe un très bon moment, John est super sympa!

Il nous parle, entre autre, de la condition des réfugiés tibétains au Népal. Ceux-ci n’ont aucune nationalité… Bien qu’ils soient nés au Népal (leurs parents ayant fuient le Tibet à cause de l’invasion et de la répression chinoise), le Népal ne leur accorde pas la nationalité népalaise (à cause de la pression du gouvernement chinois).

Ils ne peuvent donc pas sortir du pays, ils ne peuvent pas avoir accès à certains métiers (par exemple lui qui est guide de montagne n’a pas le droit d’avoir une licence de guide…), etc etc. 🙁

Le meilleur ami de John, qui se fait appeler Jimmy, nous rejoint et discute aussi avec nous.

Petite photo souvenir tous ensemble.

Il est temps de partir car ce soir je prends un bus de nuit pour revenir à Katmandou (Virginie reste à Pokhara). Et avant ça nous avons promis à Raj et sa famille de passer les voir.

Sur le chemin du retour, on discute avec le chauffeur de taxi Népalais et on sent une certaine « jalousie » envers les Tibétains… Il nous dit qu’ils ont beaucoup d’argent de l’étranger, qu’ils peuvent s’acheter des magasins chers à Pokhara, etc. Il n’a pas l’air de réaliser que ces gens n’ont plus de pays et si peu de droits… alors on débat un peu avec lui, sans animosité 🙂.

[Il faut croire que la présence des réfugiés suscitent le même genre de réactions de la part des populations dans tous les pays du monde…😕]

De retour à LakeSide on passe donc chez Raj! Sa maman et ses sœurs sont super contentes de nous revoir! Elles nous demandent comment s’est passé le trek, nous disent qu’elles ont priées pour nous pour que tout se passe bien… On leur montre les photos, elles nous préparent un thé au gingembre, on papote, … Sobia nous offre un bracelet qu’elle a fabriqué elle-même, sa sœur Sita nous met un tika avec de la poudre rouge au milieu du front et nous offre une petite fleur pour nous porter bonheur…😍.

Elles nous disent de revenir l’année prochaine et de rester plus longtemps…

Après Raj arrive avec son fils Rubbin et son neveu.

[Ici au Népal les enfants sont traités comme des rois.] Il est temps de partir et pour moi de dire au revoir et un grand merci à cette famille adorable…

… -Je me répète mais- encore un moment riche en émotion…

Le soir je dis au revoir à Vivi. On a vécu des moments inoubliables ensemble ici au Népal! 🇳🇵❤️

En attendant le bus de nuit, le mec de la réception de l’hôtel, Shantosh, m’apprend pleins de phrases en Népalais 😊.

Mon bus de nuit est censé arrivé à 20h. À 20h45 toujours pas de bus. Shantosh appelle la compagnie, le bus est déjà parti. Je ne comprend pas pourquoi il n’est pas passé me chercher (au moment où je vous écris je n’ai toujours pas compris…) mais bref, le boss de l’hôtel vient me chercher en moto pour que l’on rattrape le bus qui s’est arrêté sur le chemin pour nous attendre!!! (Décidément c’est l’histoire de mon voyage de rattraper des bus!!!! Cf. Jour 16 Vietnam)

C’est bon je suis dans le bus pour Katmandou! … et déjà nostalgique de quitter Pokhara.

J’ai beaucoup parlé aujourd’hui alors je vous évite le récit du trajet de bus vraiment pas terrible, j’ai dû dormir à peine 3h.