Vietnam – Jour 3 et 4 – Trek dans les environs de Sapa

17/09/2017 – 18/09/2017

Hello!! Les journées 3-4 ont été riches en émotions, je vous laisse découvrir les merveilleuses aventures de Claire la poissarde 😅…

JOUR 3:

Le bus de nuit Hanoï – Sapa arrive à Sapa à 4h du matin et le chauffeur laisse les gens dormir dans le bus jusqu’à 6h. 

Nous sortons donc du bus vers 6h.

En arrivant nous devons retrouver un guide vietnamien (Pe Thao) que nous a conseillé le coloc espagnol de Julia. Le plan est de partir avec lui pour 2 jours de trek à travers la montagne et les rizières environnant Sapa et de passer la nuit dans sa famille qui appartient à l’ethnie des Hmongs.

À notre arrivée, le guide qui nous accueille (avec une pancarte au nom de Jule ^^) est en fait le frère de Pe, il s’appelle Tay. Il remplace son frère Pe qui est malade et que nous rencontrerons le soir.

Voici Tay:


Nous prenons un rapide petit dej et nous habillons pour le trek. Il faut que je vous détaille ce moment pour que vous compreniez mieux les péripéties qui vont suivre:

Pour mes 4 mois de voyage j’ai pris 4 pantalons: un jean (pas adapté pour le trek), deux pantalons légers type « hippie » et un pantalon que j’appelle « aventure ». Le moment est donc venu d’enfiler mon pantalon « aventure », qui m’allait très bien l’année dernière, mais qui me va trop serrer aujourd’hui 😭 (pour sur il m’ira de nouveau dans quelques semaines! ^^). Il est vraiment trop serré pour marcher dans la montagne (je ne l’avais pas ré-essayer avant de partir), alors je décide de mettre un des deux « pantalons hippies ». Celui des deux que j’enfile n’a pas une texture très souple mais je dois me dépêcher car le père de Tay est venu récupérer nos gros sacs à dos pour les emmener chez lui en mobylette histoire qu’on soit plus légères pour grimper.

C’est parti!!!

Le trek démarre sévère avec beaucoup de dénivelé dès le départ et la tu regrettes de ne pas t’être entraînée un minimum (et tu subis ta nuit de demi-sommeil dans le bus). 

Malgré la brume qui nous entoure, le paysage est vraiment magnifique. La végétation est verdoyante et fleurie. 


On croise des vaches, des cochons, des poules, des buffles, un serpent,…

Mais on croise surtout …… l’horreur …… des « dizaines » de SANGSUES qui montent sur nos chaussures! On en rigole maintenant mais sur le coup on faisait pas les malignes. « Tayyyyy help me, leeches!!!!!!!! » Tay est un pro des leeches, il les arrache à la main et les écrasent avec des pierres. Il nous badigeonne les chaussures et chaussettes de « baume du tigre » qui apparemment est censé les faire fuire/ les tuer (?) et nous dit de rentrer notre pantalon dans nos chaussettes. Nous sommes en chaussure de trail, lui le pauvre en sandales en plastique se fait mordre par les sangsues malgré son baume du tigre, il saigne un peu mais à l’air d’avoir l’habitude…

Et là… c’est le drame… après quelques rochers qui me force à faire de grandes enjambées, mon « pantalon de hippie pas du tout souple » se craque à l’entre jambe. Fou rire de Julia, Tay a envie de rigoler aussi mais n’ose pas encore (il va bien se rattraper par la suite!) et moi je rie… jaune. Plus j’avance et plus mon pantalon se craque. Heureusement il n’y a pas beaucoup de touristes dans les environs et je met ma veste autour de ma taille pour camoufler le trou qui s’agrandit, s’agrandit, s’agrandit… 😂

Tay nous emmène à un superbe point de vue mais il faut passer par des herbes hautes (et donc pleins de sangsues). Autant vous dire qu’entre moi qui suis traumatisée de peur que les sangsues ne montent jusqu’au trou de mon pantalon et Julia qui a le vertige, la scène est vraiment mythique! Tay lui est super serein il prend des selfies au dessus du vide entouré de sangsues, normal! ^^

Le trek continue…

Je demande à Tay s’il est possible d’acheter un pantalon dans le village où l’on va manger ce midi, mais en arrivant dans le village (=7-8 maisons et 2 snacks pour les randonneurs de passage) je comprend que ça ne va pas être possible… 

À ce moment là une dame passe avec ses deux enfants et je demande à Tay s’il peut lui expliquer mon problème et si je peux éventuellement lui acheter un de ses pantalons. La dame tellement adorable court dans sa maison et revient avec un pantalon à la main qu’elle m’offre avec le sourire 😍. J’insiste pour la payer mais elle refuse (quand je vous disais que les vietnamiens étaient super gentils!).

Voilà ma sauveuse:

Le pantalon qu’elle m’offre est en fait un short en velours noir (qui arrive à peu près au genou), habit traditionnel des femmes Hmong. Je décide de l’enfiler par dessus mon pantalon car jai toujours peur des sangsues (le style attendra!). 

Tout le long du chemin les femmes et les enfants Hmongs que l’on a croisés sur les 2 jours de trek ont été morts de rire de me voir avec leur habit traditionnel, ils me montraient du doigt et disaient « same same »! 😊

Ensuite Tay nous emmène déjeuner dans un endroit magnifique = une vue imprenable sur les montagnes et la vallée! 

L’après-midi se déroule super bien (je fais abstraction des 2-3 fois où j’ai marché dans des bouses de buffle 😂). Le soleil s’est levé, on a bien mangé, il n’y a plus de sangsue sur les chemins et nous arrivons dans des paysages de rizières magnifiques!! C’est dimanche, les enfants n’ont pas école alors ils jouent tous le long des chemins.

En passant dans un village on voit une femme en train de tisser dans sa maison. Elle nous montre comment ça marche.

Vers 16h(?) arrivée dans la famille de Pe et Tay.

Et à partir de là tu oublies tout: les montées qui t’ont fait râler et transpirer, le manque de sommeil, les sangsues, le trou du pantalon, les bouses de buffle, tout … on vit une une succession de moments uniques… c’est difficile de trouver les mots justes pour décrire tout ça, c’était intense: la rencontre avec toute la famille, leurs sourires, leur hospitalité, la découverte de leur maison et des environs, marcher et jouer avec les enfants, la préparation du diner autour du feu, le diner tous ensemble dans leur petite maison en bois… je n’oublierai jamais ces moments.

Après quelques shots d’alcool de riz on part se coucher.


JOUR 4:

Réveil au milieu des rizières… 😍

 (et pas loin de l’enclos des cochons aussi ^^). 

Petit déjeuner avec toute la famille qui travaille déjà dans les rizières depuis 5-6h du matin. 

Petit déjeuner = riz, poulet, porc, nems (qu’on a fait avec eux), tofu, bambou, …

Nous demandons à Tay si nous pouvons aller dans les rizières avec eux avant d’entamer la deuxième journée de marche.

Maï (la maman), voyant que Julia est jalouse de mon pantalon de Hmong 😋, lui en offre un aussi. Et là elle nous apporte son foulard et sa veste pour que l’on soit habillées de la tête au pied comme elle! 
On rejoint donc la famille dans les rizières habillées en Hmong. On tombe vraiment à la bonne période car septembre est le mois de la récolte du riz. 

Oui oui c’est bien moi les pieds dans la boue en train de frapper le riz!

Après 15-20min à récolter le riz, Tay nous dit qu’il est temps de commencer à marcher sinon nous n’aurons pas le temps de faire le chemin prévu. Nous disons au revoir à la famille et remontons nous changer dans la maison.

Et là… poissarde que je suis depuis la veille… je me tiens à un bambou car le chemin est glissant. Mauvaise, très mauvaise idée: le bambou est rempli de petites épines!!!!!!!! J’ai maintenant la main droite remplie de dizaines d’épines!!! j’essaye de rincer avec de l’eau pour les enlever mais ça n’en enlève que la moitié… la grand mère me voit en panique et m’explique que leur technique ici pour les enlever et de se frotter fort la main dans les cheveux. Tay me dit de faire ça sur sa tête:

Bref ça ne marche pas, du coup il passe 20min(?) à m’enlever les épines une à une avec une pince à épiler. Il a les mains pleines de terre et me charcute les doigts –heureusement que j’ai fait mon rappelle de vaccin anti-tétanos avant de partir 😅 –
Il me reste quelques mini-épines mais tant pis on y va.

On quitte la maison un peu triste, on serait bien restées quelques jours de plus avec eux.

Le parcours d’aujourd’hui est vraiment sublime, on marche au milieu de la vallée à travers les rizières, les cours d’eau, les forêts de bambou, les villages des Hmongs et autres ethnies, on croise pleins de petits enfants adorables. On déjeune dans le village de Lao Chai.

Avec toutes ces histoires on a perdu trop de temps pour rentrer à pied jusqu’à Sapa donc des amis de Tay viennent nous chercher en scooter.

À Sapa je me book un Hôtel, Julia reste avec moi jusqu’à 21h puis prend un bus de nuit pour retourner à Hanoï. 🙁